I. Contexte

Dans le cadre de la coopération Intra- Afrique-Caraïbes-Pacifique (ACP), l’Union Européenne (UE) a adopté et financé sur le 10ème Fonds Européen de Développement (FED) le Programme ACP-UE de Prévention des Risques liés aux Catastrophes Naturelles, «Construire la résilience aux aléas naturels dans les régions, les pays et les collectivités en Afrique sub-saharienne». L'objectif global du Programme est de renforcer la résilience des régions, des pays et des communautés d'Afrique subsaharienne face aux impacts des catastrophes naturelles, y compris les impacts potentiels du changement climatique, afin de réduire la pauvreté et de promouvoir le développement durable.

Le Résultat 2 dudit Programme dédié à l’appui des Communautés Economiques Régionales en vue de renforcer leurs capacités en Réduction des Risques de Catastrophe (RRC) par la coordination, la planification et l’élaboration de politiques pour soutenir les Etats membres ainsi que les programmes régionaux et sous régionaux, est géré par la Facilité Mondiale pour la Prévention des Catastrophes et le Relèvement (GFDRR) de la Banque Mondiale.

Les activités à mener devront soutenir une synergie d'ensemble suivant l'approche stratégique énoncée dans le Programme d'Action de la Commission de l'Union Africaine pour la mise en œuvre de la Stratégie régionale, les stratégies des Communautés Economiques Régionales (CER) et le Cadre de Sendai pour la RRC.

La CEEAC a pour mandat de promouvoir la coopération et l'intégration régionale de ses États membres qui couvrent une population d'environ 181 millions d'habitants. Dans le cadre de mandat, elle coordonne le dialogue politique général sur la RRC et le changement climatique entre les Etats.

La RRC et la lutte contre le Changement climatique font parties des douze domaines stratégiques de sa politique générale en matière d'environnement et de gestion des ressources naturelles.

A ce jour, des progrès stratégiques importants ont été réalisés en matière de RRC, notamment l'élaboration de la «Stratégie Afrique Centrale pour la Prévention des Risques, la Gestion des Catastrophes et l’Adaptation aux Changements Climatiques» assorti d'un Plan d'action de mise en œuvre, validée en juin 2012 par les ministres en charge de la RRC et adoptée par la 16ème Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement, par Décision N° 72/CEEAC/CCEG/XVI/15 du 25 mai 2015.

Il reste néanmoins à relever les principaux défis régionaux, tels que l'identification des aléas, l'évaluation des vulnérabilités, l'analyse des risques, l'élaboration et l'harmonisation des cadres juridiques Gestion des Risques de Catastrophes (GRC), l'intégration de la RRC et de la lutte contre les changements climatiques dans les politiques sectorielles, ainsi que les capacités d'évaluation des besoins en cas de catastrophe, etc.

II. Objectifs du projet

L'objectif du projet est de renforcer et d'accélérer la mise en œuvre effective d'un cadre global africain de gestion des risques de catastrophes au niveau régional. Ceci devant permettre aux CER africaines de renforcer leurs capacités et d'améliorer la coordination, la planification, le conseil en matière de politiques et la diffusion des connaissances afin de promouvoir l'agenda régional de gestion des risques de catastrophe et de mieux soutenir leurs États membres dans la prise de décisions éclairées de Résilience aux catastrophes.

Au niveau de l'Afrique Centrale, il s'agira plus spécifiquement :

  1. D'améliorer la connaissance des aléas, des vulnérabilités et des risques notamment d'origine hydrométéorologiques ;

  2. De renforcer les capacités institutionnelles et humaines pour la gestion des risques de catastrophes ;

  3. De consolider et de renforcer les capacités, les mécanismes et les instruments de coordination et de plaidoyer techniques et politiques ;

  4. De renforcer les capacités en matière de préparation et de réponse aux catastrophes et d’évaluation post-catastrophe.

III. Résultats Attendus

Le Projet sera mis en oeuvre en 24 mois sur une période de 2 ans, et constituée d'activités exécutées par la Banque mondiale et l'Unité de Gestion du Projet (UGP).

Résultat 1: Développement d'une base de données, d'un atlas et des plans de contingences sur les risques hydrométéorologiques transfrontaliers

Résultat 2 : Renforcement des capacités régionales et nationales de réduction des risques de catastrophes (RRC), et intégration dans les programmes universitaire et les plans d'action sectoriels de la problématique incluant les femmes, les jeunes et les personnes vulnérables.

Résultat 3: Institutionnalisation d'un dialogue politique, amélioration des procédures législatives et appropriation par des décideurs des questions en matière de RRC et de l'Adaptation au Changement Climatique (ACC).

Résultat 4: Amélioration de la capacité régionale d'intervention et d'évaluation post-catastrophe et de planification de la reconstruction

IV. Critères d’éligibilité des candidats

Les candidats éligibles à cet avis d’appel à candidatures doivent être ressortissants des Etats membres de la CEEAC (Angola, Burundi, Cameroun, République Démocratique du Congo, République Populaire du Congo, Guinée Equatoriale, Gabon, République centrafricaine, Rwanda, Sao Tomé-et-Principe, Tchad).

IV. Financement

Les dépenses liées à la prise en charge du personnel à recruter dans le cadre de cet appel à candidatures seront entièrement financées par les ressources du projet « Renforcement des capacités de coordination, de planification et de conseil politique en matière de prévention des risques de catastrophes de la CEEAC » exécuté par le Secrétariat de la CEEAC, partie intégrante du programme Résultat 2 géré par la GFDRR/Banque Mondiale.

V. Postes ouverts:

(i) Un Spécialiste en Gestion des Risques de Catastrophes, (ii) un Expert Junior en Gestion des Risques de Catastrophes, (iii) Un Spécialiste en suivi-évaluation, (iv) Un Responsable Administratif et Financier, (v) Un spécialiste en passation des marchés et (vi) Un comptable.