Brazzaville(Rép. Du Congo), le 19 novembre 2019- La capitale congolaise accueille le Forum Sous régional des Parlementaires d’Afrique centrale sur la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle. Les travaux sont placés sous le patronage du Président de la République du Congo, son Excellence Denis SASSOU NGUESSO. De nombreuses personnalités prennent part aux travaux parmi lesquelles Madame Micaela MARQUES DE SOUZA, Représentante de l’UNICEF au Congo, Monsieur Helder MUTEIA, Coordonnateur du Bureau Sous régional de la FAO pour l’Afrique centrale et Madame Suze PERCY Filippini, Coordonnatrice du Système des Nations Unies au Congo.

Le Secrétariat général de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale est représenté par le Secrétaire général adjoint chargé du Département de l’intégration physique et monétaire(SGA/DIPEM), madame Marie Thérèse Chantal Mfoula.

L‘objectif du Forum est la mise en place de l’Alliance des Parlementaires d’Afrique centrale sur la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle.

Trois allocutions ont été ponctuées au cours de la cérémonie d’ouverture, à savoir :

L’allocution du Secrétaire général adjoint de la CEEAC Madame MFOULA qui a rappelé l’importance d’une telle assise dans le processus déjà engagé par la CEEAC à travers le PRIASAN, en soulignant qu’en Afrique centrale comme dans d’autres régions africaines, la bataille contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle est loin d’être gagnée. Le Secrétaire général adjoint de la CEEAC a tenu à saluer l’engagement et la détermination des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union africaine qui ont affirmé à Maputo en 2003 et à Malabo en 2014 leur volonté d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations, d’augmenter les revenus des paysans vulnérables pour leur permettre d’accéder aux aliments de qualité et enfin d’accélérer la croissance et la transformation des produits agricoles pour une prospérité partagée et des meilleures conditions de vie.

Madame Marie Chantal FOULAMadame MFOULA a interpelé les Parlementaires sur la nécessité de mettre en place des Alliances des Parlementaires contre la faim et la malnutrition, initiatives très louables, car elle permettra de placer la lutte contre la faim et la malnutrition au plus haut niveau des agendas politiques des Etats membres de la CEEAC, et ce, au regard du rôle essentiel que jouent les Parlements Nationaux dans le respect des engagements mondiaux, à travers entre autres, la promulgation des lois, l’orientation du débat politique, l’approbation des budgets et l’interpellation de l’Exécutif sur la problématique de lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle.

De ce fait, le SGA/DIPEM n’a pas manqué de relever la responsabilité qui incombe aux Parlementaires dont la mission consiste, au sortir de ce forum, à consolider les processus législatifs à l’échelon national. Ils auront également un rôle central à jouer sur la façon d’élaborer et de mettre en œuvre les politiques qui devraient désormais intégrer le sous-secteur de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, afin de garantir l’atteinte des résultats probants.

Prenant la parole à son tour au nom des agences du système des Nations Unies, la Coordonnatrice des agences du Système des Nations Unies au Congo, Madame Suze PERCY Filippini, a présenté la situation peu reluisante de l’Afrique centrale en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle et estimé que la sous-région, au regard de ses potentialités ne pouvait atteindre les ODD n°2, Faim zéro à l’horizon 2030, si des efforts ne sont pas réalisés par les Etats dans la prise en compte dans leurs politiques et stratégies de développement la préoccupation majeure liée à la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Il s’agit pour Madame Suze PERCY Filippini de consacrer plus de ressources financières en vue de réaliser des actions concrètes pour lutter contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. C’est pourquoi, au nom des Agences des Nations Unies, elle se félicite de cette initiative portée par les Parlementaires de la CEEAC et réitère les engagements du Système des Nations Unies à accompagner les Etats membres et la CEEAC en vue de relever les défis majeurs de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle qui devront être inscrits comme action prioritaire dans les plans de développement de la sous-région.

Dans son discours d’ouverture solennelle des travaux du Forum, le Président Denis Sassou Nguesso s’est félicité de cette initiative tout en martelant que le combat contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle doit être mené comme celui engagé, dans les années passées, pour la vulgarisation de la vaccination dans nos Etats.

Le Président congolais a relevé l’importance de la nutrition qui pourrait, en cas de pénurie, conduire à l’échec scolaire et à la prolifération des personnes vulnérables notamment femmes et enfants en bas âge. Ces enfants seront affectés toute leur vie par la malnutrition et peuvent devenir dans leur parcours, un danger pour les pays et voire même pour la sous-région. Il appelle l’ensemble des forces vives de la région à mettre en musique leur partition pour enrayer ce fléau de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans le cadre de l’intégration socioéconomique à vocation communautaire.

Une vue des participantsLe Président congolais s’est dit engagé à cet effet, à apporter son soutien aux acteurs de la sous-région et plus spécifiquement à la CEEAC pour disposer des politiques et stratégies de développement agricole qui répondent aux préoccupations de l’heure. Il s’agit pour la sous-région Afrique centrale de disposer des outils efficaces de mise en œuvre des politiques agricoles capables de satisfaire les besoins alimentaires et nutritionnels des populations qui croissent de manière exponentielle et pouvant atteindre d’ici 2050 plus de 180 millions d’habitants.

Rappelant les énormes potentialités agro écologiques de l’espace CEEAC M. Sassou Nguesso s’est fait porte-parole des femmes et des jeunes. « Ces couches sociales devront être au cœur de nos préoccupations » a-t-il martelé, tout en relevant que « nos actions sont vaines si les femmes et les jeunes ne font pas partie des politiques et stratégies à envisager ». A cet effet, le Président de la République du Congo a encouragé les Parlementaires de la sous-région à soutenir le développement des infrastructures de transports, de transformation, de conditionnement et de conservation des produits alimentaires sensibles aux femmes et aux jeunes.

Le chef de l’Etat congolais a appelé l’ensemble des acteurs à passer des discours aux actes en mettant fins aux incantations stériles et en privilégiant des projets concrets, fiables et durables. Il a exhorté les Parlementaires à disposer au moins d’une parcelle pour promouvoir le développement agricole dans leur circonscription électorale. Dans cette perspective, le Président congolais a appelé les membres de l’Assemblée Nationale du Congo de donner la voie à suivre pour l’Afrique centrale en lançant cet appel de «un Parlementaire, un champ».

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29

CEEAC-ECCAS

Logo CEEAC Transparent

Nos Partenaires

Les Partenaires Techniques et Financiers de la CEEAC.