Brazzaville(Rép. du Congo), le 24 novembre 2016-Après deux jours des travaux des experts, le tour est revenu aux Ministres en charge des TIC de tenir leurs assises dans la capitale congolaise. La cérémonie d’ouverture solennelle des travaux a été placée sous l’autorité du premier ministre, chef du Gouvernement, Monsieur Clément MOUAMBA. Au nombre des allocutions prononcées, celle du Secrétaire général Adjoint de la CEEAC, Andres EDU Mba MOKUY, Représentant le Secrétaire général de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale, dont voici  l’intégralité :

Brazzaville, le 24 novembre 2016

Son Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement de la République du Congo,

Excellences Membres de Gouvernement de la République du Congo,

Excellences Mesdames et Messieurs les Ministres des Etats Membres de la CEEAC,

Excellences Représentants de Corps Diplomatique et d´Organismes Internationaux,

Monsieur le Chef du Bureau de l’Union Internationale des Télécommunications zone Afrique centrale,

Monsieur le Préfet du Département de Brazzaville,

Monsieur le Président du Conseil Municipal, Député Maire de la ville de Brazzaville,

Honorables invités,

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais d’emblée vous présenter les regrets de SEM Ahmad ALLAM-MI, Secrétaire Général de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale qui n’a pas pu personnellement prendre part à cette réunion des Ministres en charge des Télécommunications/TIC pour des raisons liées à son agenda. Il m’a chargé d’exprimer toute sa gratitude aux Autorités de la République du Congo au nom de toutes les Délégations des Etats membres et des Représentants des Institutions sous régionales et internationales d’avoir accepté d’abriter cette Réunion Ministérielle dont la cérémonie d’ouverture nous réunit en ce moment dans ce beau cadre de L´Hôtel Radisson Blue.

C’est également l’occasion et l’opportunité de remercier vivement nos partenaires au développement ici présents, la BAD, la CEA et l’UIT qui, dans le cadre de la mise en œuvre du programme d’harmonisation des politiques et des règlementations nationales de développement des infrastructures, des réseaux et des services de communications électroniques ainsi que de la cybersécurité en zone CEEAC, nous apportent leur appui technique et financier.

Excellences et Distingués invités,

De nos jours les moyens et les services des Télécommunication/TIC Large Bande, mis à la disposition des citoyens et des entreprises, non seulement accélèrent le rythme du progrès technique et de la modernisation de l’économie, mais aussi stimulent la compétitivité des entreprises et des territoires.

Les pays de l’Afrique centrale se doivent d’anticiper cet avenir fondé sur le haut débit parce qu’il est de nos jours reconnu que non seulement dix (10) points de croissance des abonnements aux services Internet haut débit entrainent une croissance de l’ordre de 1,3 à 2 points du PIB, mais aussi, les investisseurs privés étrangers sont principalement dirigés vers les régions du monde qui sont bien desservies en infrastructures critiques de communication et qui disposent d’une main d’œuvre en TIC de qualité et d’un environnement à l’attrait des investissements et propice à l’innovation.

Il ne fait aucun doute que l’accès à l’Internet haut débit devrait être un droit de tous les citoyens des Etats membres de la CEEAC compte tenu de son importance vitale pour communiquer, s’éduquer, se soigner, effectuer des transactions commerciales et financières, assurer la sécurité de sa personne et de ses biens.

Afin d’exploiter au mieux toutes les possibilités offertes par l’Internet haut débit, qui nous l’espérons, sera mis à la portée de toute la population de la Communauté à l’horizon 2020, il est urgent d’adopter dans la Communauté des mesures pour en promouvoir une utilisation plus sure et protéger l’utilisateur finale contre les contenus non désirés.

Excellences, Distingués invités,

Les Etats de l’Afrique centrale se sont engagés dans un processus d’intégration physique, économique et monétaire, à la fois pour surmonter la petite taille des marchés nationaux, réaliser les économies d’échelle, développer les échanges, multiplier les opportunités d’investissement et mieux préparer l’insertion harmonieuse de notre sous région dans les économies continentale et mondiale.

Cinq (05) ans après l’adoption des instruments qui définissent les orientations dans le secteur des Télécommunications/TIC dans notre espace communautaire, les obstacles et les difficultés restent multiples et variés dans le long processus d’édification d’un espace économique intégré dans le domaine des Télécommunications/TIC, à la dimension des potentialités de la sous région, des opportunités qui existent et les attentes des populations. Ces obstacles sont pour la plupart d’ordre institutionnel et réglementaire.

Le consensus politique aux niveaux national et régional devrait désormais avoir pour objet le passage total, à moyen terme, aux infrastructures et réseaux de télécommunication large bande et l’accès, à long terme (horizon 2020), de toutes les entreprises, de toutes les institutions publiques et de la grande majorité des ménages à l’Internet haut débit.

A cette fin, les Etats membres de la CEEAC se doivent d’œuvrer à la levée effective de tous les obstacles politiques, institutionnels et réglementaires au déploiement à grande échelle du Large Bande dans l’espace communautaire ; car les citoyens des zones rurales ont le même droit d’accès aux moyens et services de télécommunications que ceux des zones urbaines.

Mesdames et Messieurs,

Les projets de lois types à adopter visent d’une part, la création, le renforcement ou l’amélioration des conditions favorables au développement de l’offre, de la demande et de l’utilisation généralisée des moyens et services des télécommunications Large Bande dans tous les secteur en zone CEEAC, et d’autre part, la sécurité des utilisateurs dans l’usage des TIC.

Ces règles ont été élaborées dans l’esprit des principes définis dans le cadre régional de référence pour l’harmonisation des politiques et des réglementations nationales en vue de l’atteinte optimale des objectifs de développement définis dans la politique régionale d’édification d’une véritable société de l’information en Afrique centrale.

Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement,

Excellences Membres de Gouvernements,

Distingués invités,

Mesdames et Messieurs,

Je ne doute pas qu’au sortir de cette réunion, nous aurons franchi un jalon nécessaire du processus d’harmonisation des réglementations nationales des Télécommunications/TIC dans l’espace CEEAC.

Je tiens aussi à lancer un vibrant appel à tous les partenaires au développement présents dans la salle notamment l’UIT, la CEA et la BAD de continuer d’apporter leur appui diverse et varié dans la mise en œuvre du plan d’action qui découlera de l’adoptions de ces projets de lois types.

Je saisis cette opportunité pour exprimer, une fois de plus, au nom du Secrétaire général de la CEEAC, la profonde gratitude du Secrétariat général, au Gouvernement de la République du Congo et singulièrement à SEM Denis SASSOU NGUESSO, Président de la République, Chef de l’Etat, pour l’appui constant qu’il nous apporte, appui qui illustre bien l’attachement de ce pays aux idéaux inscrits dans le Traité de la CEEAC.

VIVE L’INTEGRATION SOUS REGIONAL.

Je vous remercie.

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

CEEAC-ECCAS

Nos Partenaires

Les Partenaires Techniques et Financiers de la CEEAC.