Libreville(Rép. Gabonaise), le 12 décembre 2019-L’ambassadrice de la République du Cameroun, son Excellence Noëlle Félicie Edith Ngaeto Zam épouse ONDOUA a été reçue ce matin en audience par le Secrétaire général de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale(CEEAC), son Excellence Ahmad Allam-mi.

La diplomate camerounaise est venue s’enquérir des préparatifs de la 9è session extraordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement que Libreville abritera du 16 au 18 décembre 2019.

Le Secrétaire général de la CEEAC a retracé à son interlocutrice la genèse du processus de la réforme institutionnelle en cours à la CEEAC et précisé que le sommet extraordinaire des Chefs d’Etat est consacré essentiellement à l’examen et à la signature des textes de la Réforme par les Chefs d’Etat. Il s’est félicité de la clairvoyance du président en exercice de la CEEAC, son Excellence Ali Bongo Ondimba qui a dépêché deux émissaires auprès de ses pairs, à savoir le ministre des affaires étrangères SEM. Alain Claude Bilie-By-Nze et le Secrétaire général de la CEEAC, dans le cadre d’une mission circulaire pour aller transmettre les textes adoptés par les ministres au cours de leur réunion du comité de pilotage. Il est vrai, a souligné l’ambassadeur Allam-mi, les Chefs d’Etat sont souverains et donc peuvent inscrire d’autres sous points qui les préoccupent.

Le processus de rationalisation des Communautés Economiques Régionales en cours actuellement, les questions de paix et de sécurité, l’avenir de la région et la question de la monnaie peuvent s’inviter au cours du sommet des Chefs d’Etat, a poursuivi l’ambassadeur Allam-mi.

Le Secrétaire général de la CEEAC a également expliqué le nouveau mode de désignation des commissaires proposé dans les textes et la nécessité pour le futur président en exercice de se faire assister par son prédécesseur et son futur successeur. Une trilogie qui permettra de rendre l’institution plus proactive.

Les deux interlocuteurs ont ensuite parlé du fonctionnement de la CEEAC, des cotisations statutaires des Etats qui ne sont pas versées régulièrement, de la nécessité pour les Etats d’appliquer la Contribution Communautaire d’Intégration(CCI) en vue de renflouer les caisses de la CEEAC et de lui permettre un fonctionnement efficient. Ils ont fait le tour d’horizon de l’actualité régionale et sous régionale.

La diplomate camerounaise s’est félicitée des informations reçues auprès du Secrétaire général de la CEEAC et émis le vœu que les rencontres de ce genre avec les ambassadeurs se multiplient, afin que ces derniers servent de relais sûrs auprès de leurs Etats.