Libreville, le 29 juin 2017- Le Secrétaire général de la CEEAC, Son Excellence l’Ambassadeur Ahmad ALLAM-MI a reçu en audience Leurs Excellences Messieurs Ahmed H. BAKR et Adnan Abdulrahman A. Al Mandell, respectivement Ambassadeurs de la République Arabe d’Egypte et du Royaume d’Arabie Saoudite, tous deux accrédités au Gabon.
Les deux ambassadeurs ont tenu à expliquer au Secrétaire général de la CEEAC l’acte posé par les pays du Golfe à l’encontre du Qatar pour qu’il soit mieux perçus à travers le monde et particulièrement à la sous-région Afrique centrale.

On se souvient que le lundi 5 juin 2017,  l'Arabie saoudite, l'Égypte, les Émirats arabes unis et Bahreïn ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, accusé de soutenir le "terrorisme" et de déstabiliser la région du Moyen-Orient.

 

Selon les deux Diplomates, «le Qatar a toujours refusé de respecter son engagement» envers ses voisins. « Il a toujours soutenu et financé le terrorisme », ont-ils affirmé.

Pour les deux diplomates, cette façon de faire qu’ils attribuent aux autorités de Doha aurait pour effet de déstabiliser le Moyen-Orient et les conséquences se ressentiraient en Afrique en général et dans la sous-région Afrique Centrale en particulier avec la montée de la secte BOKO HARAM au Tchad et au Cameroun. L’Arabie Saoudite et l’Egypte ont, pour l’un fermé la frontière terrestre avec le Qatar, et pour l’autre, interdit le survol de son territoire.  Par conséquent aux dires des deux ambassadeurs, «Il n’y a pas d’embargo imposé au Qatar. Mais, les frontières maritimes et l’espace aérien sont fermés aux Qatar», ont-ils expliqué. Ce qui relève de la Souveraineté de leurs Etats respectifs, ont-ils aussi soutenu. Le seul moyen de mettre un terme à cette crise, selon eux, est que «le Qatar abandonne le financement et le soutien au terrorisme», ont-ils déclaré, estimant que «la population du Qatar est un peuple frère et qu’il n’y a aucun problème entre les deux peuples».

Ils ont souhaité qu’une Conférence des Chef d’Etat et de Gouvernement de la CEEAC soit organisée autour de la problématique du financement du terrorisme et les mécanismes de son éradication.

S.E Ahmad ALLAM-MI a remercié ses homologues égyptien et saoudien pour les éclairages apportés de sources officielles et a fait part de la préoccupation des autorités de la CEEAC quant à la situation au Moyen-Orient et de son implication sur la stabilité dans la sous-région Afrique Centrale et au Sahel. Il a regretté qu’une certaine Communauté Internationale n’ait pas écouté certains dirigeants de l’Afrique Centrale, notamment le Président tchadien qui, en son temps, disait que l’instabilité de la Libye pourrait avoir des répercussions  dans toute la région. Il a tout de même souhaité que le Qatar revienne à de meilleurs sentiments et a encouragé les Gouvernements des Etats des deux diplomates  à redoubler d’efforts pour assurer la sécurité et rechercher le dialogue entre les acteurs politiques en vue d’éradiquer le terrorisme. Il a promis de faire un compte rendu de la démarche entreprise par les ambassadeurs au Président en Exercice et autres Chefs d’Etat de la CEEAC et les rassurer que la question de la lutte contre le terrorisme sera le cheval de bataille des autorités de la sous-région.

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

CEEAC-ECCAS

Logo CEEAC Transparent

Nos Partenaires

Les Partenaires Techniques et Financiers de la CEEAC.