Malabo, 26 juin 2014

La 23ème session de la Conférence des chefs d’Etat de l’Union Africaine s’est ouverte ce matin dans la capitale de la Guinée Equatoriale sur le thème « 2014, année de l’agriculture et de la sécurité alimentaire ». Huit allocutions ont été prononcées par les différents intervenants, au cours de la cérémonie d’ouverture et toutes, allant dans le sens de transformer l’agriculture de l’Afrique pour la prospérité commune et l’amélioration des conditions de vie par l’exploitation des opportunités pour la croissance inclusive et le développement durable.

 

Dans son allocution, la présidente de la Commission de l’Union Africaine a appelé à la mobilisation générale de toutes les couches de la société africaine pour la pratique de l’agriculture comme moyen d’éradiquer la faim et la dépendance alimentaire vis-à-vis de l’étranger. Des pouvoirs publics aux décideurs du secteur privé en passant par les jeunes générations et les femmes, personne n’a été épargné à l’exhortation de madame Nkosazana Dlamini ZUMA à la pratique de l’agriculture. Il ne suffit pas d’avoir des potentialités naturelles propices à l’agriculture, faut-il encore que les moyens financiers soient mobilisés afin de moderniser et mécaniser l’agriculture, a-t-elle renchérit.

Mais la pratique et le développement de l’agriculture ne sont envisageables que dans les conditions de paix, ont estimé les différents intervenants, d’où la nécessité de taire les armes et de barrer le chemin au terrorisme dans les pays comme le Nigéria, la RCA, la RDC, la Somalie etc.

De son côté, le Secrétaire Général des Nations Unies Ban-Kimoon s’est félicité de la promptitude dans la mobilisation des forces continentales pour le rétablissement de la paix dans les pays en conflit. Il s’est dit satisfait de l’étroite collaboration entre l’ONU et la MISCA dans les préparatifs du déploiement en septembre prochain de la force onusienne en République Centrafricaine. De même, il a salué le processus d’opérationnalisation de la force africaine en Attente(FAA), le retour à l’ordre démocratique à Madagascar et en Guinée Bissau. Afin d’assurer le développement durable et le rendre profitable à tous, Ban-Kimoon appelle à la création d’emplois, à développer les marchés régionaux, à la pratique des principes de la bonne gouvernance, à lutter contre les injustices et les inégalités   et à fournir aux populations l’accès à la santé et à l’eau. En septembre 2015, nous célébrerons le 70ème anniversaire de la création des nations Unies. Le Secrétaire Général de l’ONU a appelé à travailler main dans la main afin de rendre ce monde meilleur.

Pour sa part, le président du Conseil d’Etat cubain Salvador Vadès Messa a réaffirmé la détermination de son pays à renforcer les liens de coopération avec l’Afrique. Actuellement, cinq mille cubains apportent leur contribution au progrès de l’Afrique dans 32 pays, a-t-il rappelé.

Invité à prendre part au sommet, le représentant de l’autorité palestinienne a déclaré que l’Afrique et la Palestine ont un destin commun, raison pour laquelle, la Palestine compte sur la solidarité africaine pour sa libération vis-à-vis de l’Etat hébreux qui, selon lui, continue de violer les droits des palestiniens. Il a appelé à l’arrêt de la coopération entre l’Afrique et Israël pour le respect des droits des palestiniens.

Les problèmes qui touchent l’Afrique concernent aussi l’Europe a déclaré en substance Mariano RAJOY, le président du gouvernement espagnole qui a plaidé pour que l’Afrique ait quatre places au Conseil de sécurité de l’ONU. Il estime que si l’Afrique est en paix, l’Europe le sera aussi. L’Espagne croit au présent et à l’avenir de l’Afrique a conclut le dirigeant espagnol.

Prenant la parole à son tour, le président Obiang NGUEMA MBASOGO a fustigé le néocolonialisme dont est victime l’Afrique sur le plan de la monnaie et à travers le gel des prix des matières premières au niveau des marchés internationaux. Autant l’Afrique est plongée dans le processus démocratique, autant il n’accepte pas le diktat d’où qu’il vienne, a martelé l’hôte de la Conférence. Le président équato-guinéen a déploré la résurgence des conflits dans beaucoup de pays qui selon lui, fragilise la position du continent. Il a proposé la révision des textes régissant le fonctionnement des Nations Unies, afin que l’Afrique prenne la place qu’elle mérite réellement.

Dans son discours d’ouverture, le président en exercice de l’Union Africaine, président de la république islamique de Mauritanie s’est dit disposé à soutenir toute initiative visant à éradiquer la faim et l’insécurité alimentaire sur l’ensemble du continent. « il nous incombe d’élaborer une stratégie commune pour éradiquer toutes entraves au développement de l’agriculture… », a souligné Monsieur OULD Abdel AZIZ. L’état de droit, la bonne gouvernance et la démocratie méritent d’être soutenus, a ajouté le président mauritanien, car ils vont de paire avec le développement. Il nous faut travailler avec sérieux et persévérance pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés d’ici à l’an 2063, a-t-il précisé.

Rappelons que le président égyptien fraîchement élu a pris la parole au cours de la cérémonie d’ouverture des travaux de la 23ème session de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine.

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

CEEAC-ECCAS

Logo CEEAC Transparent

Nos Partenaires

Les Partenaires Techniques et Financiers de la CEEAC.